Nous y voilà, le premier article sportif de mon blog !
Le but de cet article est de décrire comment la course a été un élément fort de ma perte de poids et de ma « réathlétisation ».

De base, vraiment pas fan

Comme je l’expliquais plus haut, je n’avais vraiment aucun appétit pour la course à pied, cela m’avait pris un temps pour faire la course de mon village quand j’avais 15 ans mais au-delà de ça je n’y avais jamais vraiment pris goût et je me contentais des préparations physique qu’on peut faire notamment au rugby. D’ailleurs, je me souviens très bien et avec douleur de cette préparation physique d’Août 2017, quand j’ai repris le rugby en club, on avait fait un petit tour de disons 1,5 km puis on était parti sur un tour de 5 km qui m’avait complètement achevé, pourtant ce n’était pas grand chose. Je partais donc de très loin.

Mais en voyant des gens mincir et se muscler par ce biais, je me suis dit que c’était sans doute une des clefs de la perte de poids. Et effectivement ça n’a pas raté !

Une première sortie des plus douloureuses

Alors je ne vous cache pas que la première sortie a été vraiment compliquée. Je l’ai faite justement là où j’avais repris le rugby : au parc de Parilly. Un parc sympathique et tranquille près de Lyon, entre Vénissieux et St Priest pour ceux qui palpent un peu la géographie lyonnaise.

Comme je vous le disais, le tour du parc fait environ 5 km donc rien de vraiment méchant, si ce n’est qu’une partie est en montée.

Que cette sortie fut compliquée ! Je crois qu’en à peine 10 minutes j’étais rincé et j’ai du m’arrêter pour reprendre mes esprits et finir plus tranquillement.

El famoso déclic

Ceci dit cette sortie a été un vrai déclic pour la suite. Sans doute parce que j’avais en ligne de mire de ne pas souffrir autant que l’été dernier en préparation physique… Toujours est-il que 2 jours plus tard je reprenais mes baskets pour un petit tour près de chez moi. Cette fois-ci les 5 km se sont passés sans trop d’encombres, à un rythme tranquille, mais l’objectif était atteint. Cependant, la chose la plus étrange fut que le lendemain je me suis surpris à ressortir un short, un t-shirt et mes baskets. Pour l’anecdote mes baskets m’avaient été offertes il y a 5 ans par ma mère, runneuse aguerrie, dans le but de provoquer mon déclic… jamais trop tard !

Et puis vint le surlendemain et cette idée surréaliste de préparer un sac avec des affaires pour courir. Ceci dit, cela m’offrait en plus un bonus supplémentaire : éviter les bouchons sur le périph !

C’est à ce moment que j’ai commencé à y voir un certain plaisir, car finalement rien de plus simple que d’aller courir : on peut le faire un peu partout, se changer, l’été, n’est pas trop contraignant (quand je compare au rugby avec toutes les protecs, les crampons tout ça) et puis ce voluptueux sentiment du devoir accompli à la fin de la course, du pur bonheur :).

Une nouvelle addiction en quelques jours

Et finalement il a fallu moins d’une semaine pour kiffer ma nouvelle activité. Je voulais à tout prix caser une petite séance que ce soit le midi, le soir voire même le matin ! Je ne suis vraiment pas matinal mais j’ai quand même osé une fois à 7h. Bon j’aurais pu mieux faire parce que c’était le matin du bac et donc les rues de Tassin étaient plutôt encombrées…

Une fois assez folle était en rentrant d’un dîner entre anciens des mines où j’estimais avoir un peu trop mangé et bu, je me suis donc chauffé pour une sortie nocturne, magnifique ! Par contre le seul problème est qu’il est assez difficile de trouver le sommeil après tellement on est encore excité par la petite sortie.

Plus tard, ma plus grosse folie voire connerie a été de vouloir aller chez mon meilleur ami en courant. Il habite à 7,5 km, ce qui en soit paraissait faisable. Mais le souci est que la plupart du chemin était en montée et que je n’avais pas envie de trop traîner… Mais bon j’étais bien content de le faire, j’avais beaucoup peur du retour mais finalement ça a été et j’avais fait 15 bornes sur une journée, pas grand chose pour des runners réguliers mais un très grand pas pour moi ! Mes genoux couinaient un peu à la fin mais sans trop de conséquences ensuite, ouf !

Et sur la durée

Après ce qui est fou c’est que peu importe où j’étais je cherchais toujours une occasion pour aller me faire une petite sortie. Que ce soit après un lendemain de cuite en Espagne ou bien même le lendemain d’un gros match de rugby, j’étais chaud ! Aujourd’hui j’essaie parfois de me raisonner un peu parce que j’ai quand même un peu peur de me blesser ou du moins de m’abîmer les genoux. En général j’essaie d’adapter l’allure pour que tout se passe bien.

Un petit bilan

Au total, sur le mois de juin 2018, j’ai couru 22 fois pour un total de 110 km ce qui est assez improbable sachant que je ne faisais jamais de running avant ! Mais ce n’était encore rien par rapport à juillet où je suis passé à 125 km ! J’ai ensuite un petit peu réduit pour mixer avec d’autres activités comme la muscu ou la reprise du rugby. D’ailleurs cette reprise s’est passée de manière idéale car je suis passé de l’un des moins endurants à celui qui leade toute activité physique à base de course, je crois que j’ai choqué pas mal de monde dès la reprise, c’était plaisant :).

Je pense sincèrement que la clef pour avoir une régularité est de ne jamais trop forcer au début. Et c’est pour cela que je me forçais à ne faire que 5 km, en ne me stressant pas vraiment sur l’allure. Si vous souhaitez vous lancer je vous conseille donc de ne surtout pas forcer, d’aller à votre allure et de vous arrêter quand cela est nécessaire. N’oubliez jamais votre objectif : la perte de poids. C’est un exercice de régularité plus que de performance. Il faudra donc toujours privilégier 2 sorties de 5 km plutôt qu’une de 10 km.

Ne vous inquiétez pas pour l’aspect performance, il viendra bien assez tôt. Surtout si vous commencez à comparer vos temps ou bien à courir avec quelqu’un de meilleur que vous, j’en parlerai prochainement 😉 !

Comment vous y mettre

Une chose à laquelle je ne m’attendais pas en commençant ce blog : vous êtes déjà quelques-uns à m’avoir demandé quelques conseils pour vous lancer et certains ont même déjà commencé la course !

Voici donc quelques conseils pour entamer cette activité tout en douceur :

  • Trouvez vous un parc assez tranquille où vous pourrez trottiner tranquille tout en étant proche de la nature. Pour les Lyonnais je vous conseille le parc de Parilly à l’Est et le parc de Lacroix-Laval à l’Ouest. Si c’est trop loin, évidemment que le parc de la Tête d’Or est top mais un poil trop blindé à mon goût, vous avez aussi les berges du Rhône, mais pareil, y a du monde.
  • Si vous n’avez pas de parc à proximité inventez-vous un petit tracé pas loin de chez vous, l’idéal est que vous ne soyez pas trop dérangé par les piétons et les voitures, cela vous permettra d’aller courir rapidement quand vous êtes chez vous !
  • Prenez votre musique avec vous notamment via votre téléphone que vous mettrez dans un brassard et avec des écouteurs sans fil, rien de mieux pour s’évader un peu !
  • Je le répète : ne forcez pas !!! Faites des mini sorties mais ultra régulières. Une fois que ça ira vous ferez un peu plus mais soyez progressifs, vraiment.
  • Planifier vos courses en les rentrant dans votre agenda, cela vous évitera de vous échapper.
  • Tentez d’y aller le midi, cela fait vraiment du bien et cela permet de passer un après-midi tout en détente.
  • Étirez-vous bien en fin de séance et buvez beaucoup d’eau (un grand classique mais il est important de le rappeler quand même).

N’hésitez en tout cas surtout pas à me contacter si vous avez besoin de conseils ou de motivation sur tout ça.

Enfin, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à la semaine prochaine pour le volet nutrition !